Sorties 2019
Sortie du 10 mai 2019 à Roche noire (Solutré).

Sortie du 10 mai 2019 à Roche noire (Solutré).

Compte rendu par par Pierre-Yves RABA.

Au mileu de l’ère primaire, vers -430Ma (Millions d’années), la dérive des continents les conduit à converger en une seule masse. Il y a 350 Ma une phase de relâchement commence. La diminution de pression engendre en profondeur la formation de magmas qui remontent sous la forme de gigantesques bulles qui cristallisent à quelques km de la surface alors que des laves acides (riches en silice) parviennent en surface par des fissures. Ainsi, Roche noire (comme la carrière de Rampon à Verzé, 10km plus au nord) est formée d’une roche volcanique rosée contenant des minéraux visibles à l’oeil nu, une rhyolite.
Ce dôme rhyolitique est essentiellement recouvert comme la la lande du bois de Nancelle par une végétation rase de callune.

Cette sortie a été l’occasion de se pencher sur des catégories d’organismes particulières : les lichens et les mousses, en effet, le milieu minéral est très difficile à coloniser, d’autant qu’il est comme ici en relief.

Ce compte rendu sera donc présenté en 4 parties :

A) Quelques lichens
B) Quelques mousses
C) Quelques plantes
D) Quelques observations animales


A) Quelques lichens :

Une coupe de lichen montre qu’ils sont formés par une association de 2 êtres vivants : un champignon et une algue (ou une cyanobactérie autrefois appelée algue bleue). Le premier protège l’algue, lui apporte l’humidité dont elle a besoin ainsi que les sels minéraux ; cette dernière nourrit le champignon grâce à la  matière organique  qu’elle fabrique par photosynthèse.

Cette association à bénéfice réciproque est appelée symbiose ; elle permet de résister aux écarts de température importants et à la pauvreté des ressources nutritives. 
LIEN la Louvetière Bizarreries de la nature.

Sur le chemin qui mène à Roche noire.

Xanthoria parietina est une espèce très commune sur les troncs et branches des arbres feuillus. Elle affectionne également rochers et substrats minéraux artificiels (murs, béton, briques, tuiles…). Sa présence en abondance traduit, en général, une atmosphère humide et azotée, d’où son utilisation en tant qu’indicateur de qualité d’air dégradée.

Comment reconnaître l’espèce ?

Lichen foliacé. Thalle de couleur jaune-orangé devenant jaune-verdâtre ou gris-verdâtre en situation ombragée. Les apothécies forment des disques de moins de 4 mm de diamètre, situés au centre du thalle.

Lecanora et Lecidella sur tronc de Frêne, dans le bois avant d’arriver sur la rhyolite.

Une hypothèse est que la manne du désert pourrait avoir été un lichen de cette famille (Lecanora esculenta par exemple), dont certains s’épanouissent après les rares pluies, avant de se détacher de leur support pour former des globules de la taille d’un pois chiche. De tels lichens servaient (servent encore?) de nourriture aux animaux et humains (en Algérie, au Turkestan ou en Égypte, broyé avec de l’orge pour faire un pain grossier) dans les déserts.

Chez Cladonia macilenta, les apothécies (rouges) se forment aux extrémités des podétions (verts) ; elles sont parfois de couleur très vive.

Un podétion est une structure dressée plus ou moins ramifiée du thalle de certains lichens supportant l’apothécie. Par exemples, les lichens fruticuleux du genre Cladonia ont des podétions. C’est une ramification dressée, plus ou moins ramifiée, du thalle.

Cladonia rangiformis : Podétions : 2-6 cm de haut, fruticuleux, ramifiés, gris clair, à section ronde et creuse, parfois fendus, terminés en pointes souvent un peu brunies mais sans coupes.

Le thalle primaire peut présenter une surface « en peau de girafe » suite à une répartition irrégulière des cellules algales en surface.

Apothécies et pycnides rares, brunes, à l’apex des ramifications. espèce commune dans les pelouses ensoleillées, sur sol calcaire ou non calcaire.
Thalle très ramifié à branches divergentes et apex pointus.

Parmelia saxatilis sur rhyolite.
C’est l’espèce type du genre Parmelia.
Thalle foliacé à structure dorsi-ventrale différente, facilement détachable du support, au pourtour lobé, gris-bleu ± foncé.
Saxicole calcifuge, sur rochers non calcaires, corticole (sur feuillus ou conifères) ou muscicole.
Étymologie : Parmelia vient du grec « parma » = petit bouclier rond ; saxatilis vient du latin « saxum » = rocher et du suffixe latin « atilis » = qui indique l’habitat (allusion à son support principal, les rochers).

Cladonia gracilis (Photo Wikipedia) James K. Lindsey

Lichen complexe terricole très élégant avec ses scyphes fins et élancés (jusqu’à 6cm), vit sur sol sableux.

Rhizocarpon geographicum sur rhyolithe bien visible.

Wikipédia :  Lichen crustacé formant des plaques de couleur générale verte sur les rochers siliceux des montagnes et des bords de mer. Il doit son nom à son aspect mosaïque faisant penser à une carte géographique ou à une image aérienne.

Ce lichen vit jusqu’à 4 500 ans dans des zones froides et arides. Cette caractéristique est utilisée par la lichénométrie.

Umbilicaria pustulata ou Lasallia pustulata. Lasallia, donné en hommage à Lasalle, botaniste à l’ex-école centrale de Fontainebleau puis au jardin botanique de l’île de Corse pustulata vient du latin « pustulatus » (allusion aux pustules couvrant le thalle). Saxicole, calcifuge.
Trouvé sur les parois inclinées ou presque verticales à surface irrégulière de rochers de rhyolite. Milieu à air ambiant plutôt sec, exposées à tous les temps, bien éclairées et même au soleil.

N.B. commun sur roches siliceuses enrichies en nutriments (nitrates ou sels minéraux apportés par l’eau qui a préalablement traversé un sol) il est possible de le trouver des colonies denses. Il est consommé au Canada.

Cladonia pyxidata et Polytrichum piliferum (voir plus loin).

Cladonia pyxidata est un lichen terrestre qui forme des podétions en trompettes.

Transition avec les mousses….

B) Quelques Mousses :

Une lignée d’algues vertes, a colonisé les terres émergées il y a près de 450 millions d’années, donnant naissance aux plantes terrestres. Le thalle de ces végétaux ne possède pas de structure rigide, si bien qu’ils ne peuvent pas avoir un important port dressé. De grandes modifications anatomiques et morphologiques s’opèrent alors. La première étape est la différenciation  d’une  tige feuillée mais leur taille reste limitée par l’absence de tissus de soutien et de lignine. Leur structure est simple : les feuilles sont à trois couches de cellules, avec des stomates, la tige ne possède pas de tissus conducteurs comparables à ceux des plantes supérieures et il n’y a pas de racines, simplement des rhizoïdes servant au support de la plante (ancrage plus important). Ce faisant, elles jouent un rôle important dans l’épuration de l’air en accumulant certains polluants. Certaines mousses sont des organismes pionniers qui avec les algues, les lichens et des bactéries contribuent à fixer, protéger ou créer les sols, après les incendies notamment. On estime qu’il existe entre 15.000 et 25.000 espèces de Bryophytes dans le monde.

Imbryum alpinum.

Photo INPN

Leucobryum glaucum.
Coussinet des bois recherché par les fleuristes.

Mousse formant des touffes épaisses, compactes et hémisphériques, de couleur vert blanchâtre à vert pomme. Les feuilles lancéolées tubulaires sont assez grandes (entre 0.5- 1cm). Espèce dioïque.
Typique des forêts acidiphiles, particulièrement dans les zones de terre de bruyère et les forêts de conifères.

Polytric sp.

C) Quelques plantes à fleurs :

Pied d’oiseau délicat (Ornithopus perpusillus L.) Fabaceae ( ex. Légumineuse). Tige ronde et poilue de 5 cm (max 30). Feuilles non pétiolées, composées de 10 à 24 folioles, aux deux faces velues. Très belle fleur blanche et jaune, griffée de rose.

Fleur d’Ornithopus perpusillus Flore en ligne

La callune forme un tapis de tiges tortueuses et traînantes qui s’empourprent magnifiquement en été. Ses branches souples et vigoureuses servaient autrefois de combustible, de chaume pour les toitures, pour la confection de paniers, de matelas et de balais (calluna en grec signifie balayer).

Les fleurs de Callune étaient utilisées en teinture par les Ecossais pour donner le jaune caractéristique des tartans, étoffes de laine traditionnelles à grands carreaux (Kilts)

La callune a également un intérêt apicole : son nectar et son pollen sont très appréciés des abeilles.

Dans leurs racines, les légumineuses présentent l’énorme avantage par rapport aux autres plantes de pouvoir s’associer à des bactéries du sol, des rhizobiums. Cette symbiose rhizobium/légumineuse aboutit à la formation de petits nodules racinaires, au sein duquel les bactéries fixent l’azote atmosphérique et le transfèrent à la plante, leur permettant d’être très riches en protéines, ce qui explique que les légumineuses sont largement utilisées pour l’alimentation animale et humaine.


Observation : Fleurs d’Orchis mascula, Orchis mâle.
Commentaire FloreAlpes : Se rencontre dans les pelouses et sous-bois de basse altitude. Il se reconnaît facilement à sa couleur pourpre et son éperon long incurvé vers le haut (photo). Ses feuilles peuvent être tachetées de pourpre. Ses sépales externes sont étalés et son labelle est trilobé. un »morphe » montagnard se rencontre dans les alpages(voir O. mascula subsp. speciosa). Une confusion est possible avec l’orchis bouffon (Anacamptis morio = Orchis morio). La fleur est surmontée d’un casque en forme de bonnet de bouffon, d’où son nom. Ses sépales latéraux sont typiquement veinés de vert.

Araignée crabe sur fleur de Phalangère.

L’araignée-crabe, dont certaines sont aussi appelées thomises (Thomisidae), est un animal invertébré de l’ordre des arachnides (Arachnida). Ce sont des araignées qui ne tissent pas vraiment de toiles pour capturer leur nourriture, mais bien en les chassant à l’affût. La majorité reste immobile sur des fleurs de même couleur. Leur camouflage sert autant à la chasse qu’à se cacher des prédateurs. On les appelle des araignées crabes, à cause de leurs pattes antérieures plus grandes et la façon de se poster en position de chasse. Elle supporte son corps sur ses pattes de derrière, et ses pattes de devant sont levées dans les airs, comme celles d’un crabe.

La phalangère à fleurds de lys (Anthericum liliago) est une des rares Asparagacées à ne pas posséder de bulbe mais un tubercule. Ses fleurs sont blanches avec des étamines jaunes. Ses feuilles sont étroites. Elle affectionne les pelouses sèches et rocailleuses bénéficiant d’une bonne exposition au soleil. A ne pas confondre avec la phalangère rameuse aux tiges ramifiées.

Ma transition est toute faite pour passer aux observations animales de cette sortie…

D) Quelques observations animales :

Avant d’arriver sur la lande de Roche noire, nous sommes passés près d’une petite mare dans laquelle des batraciens se sont cachés à notre arrivée. Je suis revenu avec un filet approprié pour déterminer l’espèce.

Il s’agit du Sonneur à ventre jaune.
C’est un amphibien de milieux pionniers, c’est-à-dire ici des zones aquatiques peu végétalisées et souvent temporaires. Ce petit crapaud mesure de 3,5 à 5,5 cm est reconnaissable par la pupille de son œil en forme de cœur, sa face dorsale verruqueuse marron qui lui assure un camouflage au sein de son habitat naturel et sa face ventrale jaune à taches noires qu’il peut dévoiler à un prédateur en cas de menace afin de l’effrayer (Couleurs aposématiques). Comme d’autres membres de la famille, quand il est dérangé ou agressé, il présente un comportement défensif : le réflexe d’Unken : il s’arc-boute sur le dos et présente sa face ventrale à son assaillant et si l’agression continue, il peut libérer un liquide visqueux, poison irritant pour les yeux et à l’odeur repoussante. En France, l’espèce est protégée.

Sonneur à ventre jaune, face ventrale.

Grenouilles et crapauds

Les grenouilles, crapauds et rainettes sont des amphibiens anoures, c’est-à-dire « sans queue » à l’état adulte.
C’est en cela qu’ils se distinguent des tritons et des salamandres. Ce sont des vertébrés à la température variable et à la peau nue, c’est-à-dire dépourvus d’écailles, de plumes ou de poils. Le têtard possède une queue charnue munie d’une nageoire, et des branchies qui seront finalement remplacées par des poumons. Après la métamorphose, les adultes ont une large tête et quatre membres, les antérieurs avec quatre doigts et les postérieurs, plus longs, avec cinq doigts. Au niveau mondial, ce groupe comprend environ 7.000 espèces.

Geotrupes stercorarius. Géotrupe du fumier, Bousier.
Scatophage, il joue un rôle majeur dans le recyclage des excréments, la matière morte et la dissémination de spores de champignons et bactéries du sol. Il entretient la fertilité des pâturages, mais peut être victime des traitements pesticides donnés aux animaux. Une seule bouse pouvant tuer jusqu’à 5.000 coléoptères selon certains auteurs. Les traitements pesticides peuvent également affecter la ponte (malformation des œufs).

Le Bousier est la proie favorite de nombreux oiseaux comme la Pie-grièche écorcheur, si un oiseau consomme un individu affecté par les traitements pesticides, il peut en mourir.

Longicorne sur feuille de Sureau noir.
Les capricornes ou longicornes sont des insectes  appartenant à la catégorie des coléoptères qui comprend plus de 25 000 espèces. Ces insectes portent des antennes, appelées également «cornes», qui dépassent souvent la longueur du corps (particulièrement chez les mâles), d’où l’origine de leur nom. Cette particularité les rend très faciles à reconnaître.
Cerambyx scopolii s’attaque à de nombreuses essences (peuplier, chêne, hêtre, orme, saule, tilleul, charme, noisetier), y compris fruitières (pommier, cerisier, prunier), d’où une possible nuisibilité quand les larves sont nombreuses. Il est en outre diurne et on peut même dire qu’il affectionne voler en plein soleil. Par ailleurs il n’est pas rare de le voir butiner ( aubépine, sureau, ombellifères), ce que le Cerambyx cerdo le grand capricorne du chêne ne fait jamais.

Noctuelle de la Myrtille imago et chenille.
(Photo nature bretagne).

En France, elle est localisée et se rencontre un peu partout. L’imago butine durant la journée, se déplaçant d’un vol rapide, de préférence aux heures les plus chaudes. Elle est également attirée la nuit par les sources lumineuses. Elle fréquente les landes à bruyères et forêts de pins sur sols acides, mais aussi les prairies avoisinantes où elle peut trouver une importante source nectarifère. La chenille se développe sur Calluna vulgaris et Vaccinium.

Turquoise des Cystes imago. Photos Pierre-Yves RABA.
N.B. : Pour une détermination certaine au sein de ce genre, l’examen des genitalia est indispensable.
C’est une espèce xéro-thermophile, aimant les
vastes milieux ouverts faiblement arborés, bien exposés au sud. Elle présente deux écotypes : l’un, calcaricole, avec
des individus souvent isolés, fugaces, qui ont tendance à se poser sur des tiges de Graminées d’où ils s’envolent rapidement ; l’autre, connu en une seule station dans la zone d’étude, lié aux rares milieux acides à roches affl eurantes où pousse la Callune (Calluna vulgaris), avec de fortes populations au comportement plus placide.

Chenille de la turquoise des cystes.

Sur les rochers dominant le ruisseau de l’arlois, nous avons observé les restes de repas d’un Hibou grand duc :
-Les restes de 2 hérissons (un clair, ancien, et un foncé datant de la veille au soir)
-des os (membres et crânes) de petits mammifères.
-des plumes (25cm) d’une une buse variable adulte.
N.B. : Suite à mon signalement, le Centre Eden 71 de Cuisery est venu placer une caméra et il a été filmé.

Hibou grand duc (Wikipédia) Martin Mecnarowski




Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.