Actualités
Fleurs de la semaine 14 (du 1er au 7 avril)

Fleurs de la semaine 14 (du 1er au 7 avril)

Voici les photos de cette semaine : je vous laisse vous tester au travers de cette nouvelle galerie.
Prenez une feuille de papier et un crayon, les réponses (+ quelques compléments) en dessous …

1- Alyssum alissoides, Alysson à calices persistants, Passerage à calices persistants, Brassicacée.
Vu dans les pelouses sèches et rocailleuses de Vergisson. Ses petites fleurs jaunes deviennent blanches en fanant, laissant apparaître un fruit rond, glabre et légèrement échancré au sommet. Les sépales persistent sur le fruit, à la différence du Passerage simple. Comparaison Flore Alpes.

2- Amelanchier ovalis, Amelanchier à feuilles ovales, Rosacée. Photos monde-de-lupa.
Arbrisseau de1 à 3 mètres de haut dont les feuilles sont ovales-arrondies (ovalis) et le revers blanc-duveteux. Vu entre la route et le sommet de la roche de Vergisson. La floraison vient de débuter.

3- Asplenium septentrionale, Doradille du nord, Fougère de la famille des Aspleniacées.
Vue dans les interstices des granites sur la route de la sablière entre Solutré et Vergisson. Ses frondes forment des lanières divisées en deux ou trois fourches. Les frondes de l’année précédente persistent sous forme de lanières desséchées. Photos Orchid-nord.

4- Carex flaca, Laîche glauque, Cyperacée.
La plupart des tiges ont deux épis mâles à leur sommet, souvent proches et semblant ne faire qu’une au premier coup d’œil. Les épis femelles sont généralement situés en dessous, aussi par deux. Ici, les épis mâles n’ont pas encore sorti leurs étamines alors que les épis femelles ont déjà leurs styles au vent.
Feuilles raides, planes et glauques. Caractéristiques par Jessica + Orchid-nord : Photos et texte.

5- Carex halleriana, Laîche de Haller, Cyperacée.
Forme une souche gazonnante dense. Feuilles étroites (2-3 mm), rudes, épi mâle terminal solitaire, roux et blanc, épis femelles globuleux, pauciflores, collés à l’épi mâle et subsessiles. Orchid-nord.

6- Cerastium glomeratum, Céraiste aggloméré, Caryophyllacée. 
Flore alpes : Ce petite céraiste est très velu et glanduleux dans la partie haute de la plante. Ses fleurs sont blanches, aux pétales échancrés plus longs que les sépales, ces derniers portant quelques poils longs non glanduleux à leur extrémité. Quand la plante est jeune, l’inflorescence est très compacte, ce qui a donné son nom à la plante. Photos : Orchid nord.

7- Draba muralis, Drave des murs ou Drave des murailles, Brassicacée.
Fleurs blanches, feuilles caulinaires sessiles, dentées et embrassant la tige par des oreillettes arrondies.
Rosette basale à feuilles moins dentées et d’où partent de nouvelles tiges.
Vue près du sommet de la roche de solutré.

8- Geranium sanguineum, Géranium sanguin, Géraniacée. Fleursauvageyonne.
Vivace grâce à un rhizome épais d’où émergent de nombreuses tiges. Feuilles palmatipartites à 7 lobes trifides, velues. Fleurs solitaires pourpre à carmin, grandes (2-4 cm).

9- Ajuga reptans et Glechoma hederacea. Connues toutes les 2.

10- Helianthemum canum, Hélianthème blanc, Cistacée.
C’est son feuillage d’aspect blanchâtre, au moins sur le dessous des feuilles qui lui a donné son nom vernaculaire car ses fleurs sont jaunes. Caractéristiques par Jessica.

11- Himantoglossum robertianum, Orchis géant, Barlie de Robert, Orchidacée.
Méditerranéenne précoce qui, depuis l’an 2000 remonte vers le nord. Elle a déjà traversé la manche !
FloreAlpes : Elle se caractérise par ses bractées plus longues que ses fleurs. Ses fleurs sont groupées en un épi assez dense. Chacune d’elle possède un grand labelle quadrilobé de couleur rose. Les sépales forment un casque légèrement ouvert. Les fleurs sont légèrement odorantes.

12- Lamium galeobdolon, Lamier jaune, Lamiacée en tout début de floraison.
L’épithète galeobdolon est construite sur le grec galê, « belette, putois », et bdolos, « puanteur », en référence aux feuilles qui dégagent une odeur désagréable lorsqu’on les froisse.
pour aller plus loin : Sauvagesdupoitou + Notesdeterrain.

13- Poa bulbosa, Pâturin bulbeux, Poaceae. Vu à la sortie Vergisson.
Bulbosa car bulbeux à la base de sa tige. Cette sous-espèce est vivipare : ses fruits se transforment sur la plante mère en bulbilles feuillées qui, une fois tombées au sol vont pouvoir s’enraciner et donner naissance à de nouveaux individus, ce phénomène fait qu’il pousse en touffes ce qui lui permet de s’étendre (clône) dans un milieu favorable. (prairies sèches, souvent sur sol sablonneux). L. Francini.

14 et 15- Reseda phyteuma, réséda raiponce, Résédacée.
Flore Alpes : Ses fleurs méritent qu’on les regarde de près : les pétales sont divisés, très étroits et blancs, ressemblant à des synapses. Les anthères des étamines sont roses et d’une taille disproportionnée.
Sur la phto 15, observez que les étamines du haut sont « normales » et celles du bas hypertrophiées.
Monaconatureencyclopedia + L. Francini.

16- Valerianella locusta, la Mâche ou doucette, Caprifoliacée.
Feuilles spatulées en rosette à la base et opposées sur les tiges. La base de ses petites fleurs, d’une couleur bleue très pâle, présente des bractées. Lupa.
C’est de cette espèce que sont issues les variétés cultivées consommées le plus souvent crues en salades. 

17 et 18- Veronica chamaedris, Véronique petit-chêne, Plantaginacée, ex Scrophulariacée.
Critères : ses petites fleurs bleu vif à gorge blanche, bleu foncé à la base, à 2 étamines et 1 pistil fin, la disposition de ses poils sur la tige formant deux lignes diamétralement opposées et ses tiges et pédicelles fins et rougeâtres. Caractéristiques par Jessica + L. Francini + fleursauvageyonne.

19- Euonymus europaeus, Fusain d’Europe, bonnet de prêtre, Celastracée.
L. Francini : Cet arbuste peut mesurer de 3 à 8 mètres, il possède des tiges dressées, ramifiées, vert mat, presque quadrangulaires (souvent marquées de 4 crêtes blanchâtres plus ou moins liégeuses) aux feuilles opposées, finement dentées, aux petites fleurs vert jaunâtre. Autant ses fleurs sont dicrètes, autant il est remarquable par ses fruits bicolores à l’automne, des capsules roses laissant voir à maturité des graines orange. Leur aspect les a fait surnommer «bonnets d’évêque». À l’automne, son feuillage se colore partiellement en rouge, parfois vif, ce qui en fait une plante très appréciée dans les haies pour son aspect décoratif. Comparaison Flore Alpes avec E. latifolius.
N.B. : Nous avions récolté 10kg de graines avec Isablelle et Claudette le 31 octobre dernier pour Isabelle, notre récolteuse de semences ou semencière de métier, en effet, pour mettre fin à la destruction et à la dégradation des haies à l’œuvre depuis une cinquantaine d’années, le gouvernement a présenté le 29 septembre 2023 un « pacte » qui vise à planter un linéaire de 50.000 kilomètres d’ici 2030 en France.

Collecte du Fusain d’Europe, le 31 octobre 2023…

20- Lamium amplexicaule, Lamier amplexicaule, Lamiacée.
L. Francini : Les feuilles sont crénelées, parfois lobées. Les supérieures sont soudées par leur base et embrassent la tige. La plante porte deux types de fleurs. Les fleurs visibles sont stériles. Elles ont une corolle à long tube droit. Les fleurs fertiles sont petites et restent fermées et cachées dans le calice.
Plus rare dans notre région que L. purpureum, L. maculatum, L. galeobdolon et L. album.

21- Muscari neglectum, Muscari à grappe, Liliaceae / Hyacinthaceae / Asparagaceae.
Ce muscari, différent du Muscari à toupet (M. commosum), possède deux types de fleurs : des fleurs fertiles, au bas et au centre de l’inflorescence, de couleur violette plus ou moins sombre, et des fleurs stériles, au sommet de l’inflorescence, plus pâles (revoir la photo). Jessica Joachim.

22- Salvia pratensis, Sauge commune ou Sauge des prés, Lamiacée.
Commune sur nos terrains calcaires. L. Francini : sa tige carrée est velue, ses feuilles sont typiquement gaufrées et longuement pétiolées à leur base. Les fleurs sont nombreuses, groupées en épis allongé, de couleur violette, parfois assez foncée. La fleur présente un long style fourchu (en langue de serpent).
Sauvages du Poitou : les butineurs utilisent la lèvre inférieure comme plateforme atterrissage avant de s’engouffrer dans la gorge de la corolle pour y chercher le précieux nectar. Mais voilà, des barreaux barrent l’accès au trésor… En forçant le passage, le butineur enclenche une mécanique de contrepoids qui fait pivoter les étamines vers le bas, jusqu’à ce que leur anthère touche le dos de l’insecte pour y déposer le pollen. Les épaules ainsi saupoudrées, le butineur s’envole vers d’autres fleurs où son dos caressera le style recourbé d’un pistil à maturité (la fameuse «langue de serpent»). La boucle est bouclée!

A gauche, rosette de feuilles découpées de S. verbenaca (vue à la Sortie botanique du 23 mars à Chasselas), à droite S. pratensis.

23- Saxifraga tridactylites, la Saxifrage à trois doigts ou Saxifrage tridactyle, Saxifragacée.
Sauvagesdupoitou : Les Saxifrages sont légions, regroupant plus de 400 espèces; la plupart d’entre elles sont taillées pour l’escalade et la vie à flanc de falaise. Leur nom vient d’ailleurs du latin saxum, «rocher» et frangere, «briser»: elles sont les «perce-pierres», à cause de leur faculté à s’insérer dans la moindre fissure… Elle doit son nom à ses feuilles caractéristiques «à trois doigts», glanduleuses et charnues, parfois rougeâtres, couvertes de poils glanduleux et teintées de rouge. Ses fleurs sont blanches, très petites.
Flore Alpes : Haute de deux à trois centimètres, elle est plus facile à piétiner qu’à photographier.

24- Silene italica, Silène d’Italie, Caryophyllacée.
Fréquente dans les pelouses sèches de Solutré.
Flore Alpes : Calice finement velu et très allongé, marqué de nervures bien nettes et incisé de cinq dents arrondies. Pétales blancs bilobés. 3 styles et 10 étamines dépassent largement de la corolle. Longue tige peu feuillée, collante au sommet (tiges et calices). Caractéristiques par Orchid nord.

25- Vicia sativa, Vesce commune ou Vesce cultivée, Fabacée.
Flore Alpes : Diffère des forme sauvages (V. segetalis) par des gousses très grosses (> 8 mm de largeur) et des corolles très grandes (18-28 mm) et très contrastées en couleur.
L. Francini : La tige est simple ou ramifiée, grimpante et peut atteindre 70 cm de hauteur. Ses feuilles sont alternes, constituées de 3 à 8 paires de folioles de forme ovale, tronquées vers le haut. Chaque feuille se termine par une vrille ramifiée et est munie vers sa base d’une petite stipule dentée portant un point noir.
Rappel: les Fabacées possèdent sur ses racines de petites boules blanches nommées nodosités. Celles-ci logent des bactéries très utiles, capables d’utiliser l’azote atmosphérique pour fabriquer des ressources qu’elles partagent volontiers avec leur hôte. Autres Vesces par sauvages du Poitou.

Nectaires de la Vesce cultivée: une offrande destinées aux fourmis.

Voilà ! C’est tout pour cette semaine, à la semaine prochaine avec vos observations ….

Amicalement, Pierre-Yves.

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.