Actualités
Fleurs de la semaine 13 (du 25 au 31mars).

Fleurs de la semaine 13 (du 25 au 31mars).

Au cours d’une balade autour de Roche noire, j’ai fait la rencontre de Joss, une amoureuse des plantes comme nous. Elle va probablement rejoindre SEMINA.
Elle m’a adressé des observations que je vais publier prochainement…

Voici les photos de cette semaine : je vous laisse vous tester au travers de cette nouvelle galerie.
Prenez une feuille de papier et un crayon, les réponses (+ compléments) sont en dessous …

1 : Vinca major, grande pervencheApocynacée.
Elle se distingue de V. minor par ses sépales longs et velus, le bord de ses feuilles, rigide et velu ainsi que sa taille plus grande. Comparaison Flore Alpes.

2 : Vicia sepium, Vesce des haies, Fabacée.
Photos et textes par L. Francini + Rappel des caractéristiques par Jessica Joachim.

3. Asplenium ceterach, Cétérach officinal, fougère de la famille des Aspléniacées.
Officinal car a été utilisé à des fins médicinales pour ses propriétés pectorales.
Fréquent dans notre région sur les rochers et les vieux murs secs et calcaires. Flore Alpes : L’envers des frondes est brun et écailleux. A tendance à s’enrouler pour résister à la sécheresse. Pour aller plus loin.

4 Caltha palustris, Populage des marais, Renonculacée.
Toouvée en grosses touffes au bas de Roche noire et aux bords de l’Arlois. Ses fleurs, assez grosses, possèdent 5 tépales jaune d’or. Grandes feuilles simples en coeur arrondi, profondément incisées. LUPA.

5- Tulipa sylvestris subsp. sylvestris, Tulipe des bois, Liliacée.
vue à la Sortie botanique du 23 mars à Chasselas. A ne pas confondre avec la tulipe australe Tulipa sylvestris subsp. australis dont le dos des tépales est rougeâtre et non verdâtre.
Cette tulipe sauvage est une espèce végétale rare et protégée, surtout liée aux vignes, dont la
présence dépend de certaines pratiques culturales, notamment le cavaillonnage-décavaillonnage.
Depuis les années 1970 et les changements survenus dans les pratiques viticoles, avec l’usage quasi généralisé de produits phytosanitaires et l’évolution des techniques du travail du sol, l’espèce connaît une très forte régression et a pratiquement disparu du vignoble. La reproduction végétative par bulbilles (caïeux), qui donnent naissance à de nouveaux bulbes est le mode de dissémination principal, la production de graines pouvant être très faible, voire nulle, c’est pour cela que cette plante forme de véritables colonies qui s’étendent d’une année sur l’autre dans un mileu favorable. Pour aller plus loin…

6 Syrphe femelle (Sphaerophoria sp.) sur Potentilla verna.
Scyrphes (diptères comme les mouches) : possèdent une seule paire d’ailes fonctionnelle et 2 haltères ou balanciers en arrière du thorax les rendant capables d’un vol stationnaire, ce qui permet souvent de les distinguer des autres espèces. Leur livrée en bandes jaunes et brunes (aposématique), est une forme de mimétisme batésien. N.B. : environ 200 genres et plus de 5 000 espèces décrites !
Leurs larves peuvent consommer des centaines de pucerons en quelques jours.
Voir le Syrphe ceinturé par Jessica Joachim.
Potentilla verna, Potentille printanière, Rosacée. (= Potentilla neumanniana).
Feuilles à 5 ou 3 folioles dentées au sommet, calice doublé d’un calicule, pétales en coeur.
Flore Alpes + L. Francini + Autres Potentilles : monde-de-lupa.

7 Lunaria annua (qui devrait s’appeler Lunaria biennis) ou Monnaie-du-pape, Brassicacée.
Ses fruits à forme circulaire nacrée et translucide, sont comparés à des pièces de monnaie. (snv.jussieu) N.B. : Plante sauvage comestible.

8 Myosotis ramosissima, Myosotis (très) rameux ou Myosotis hérissé, Boraginacée.
Feuilles, tiges, sépales velus. Orchid-nord + snv Jussieu. Comparaison avzec M. arvensis par Flore Alpes.

9 Lamium maculatum, Lamier maculé ou Lamier tacheté, Lamiacée.
Ici nous sommes près d’un jardin, il s’agit probablement d’un cultivar à taches blanches sélectionné pour former des vivaces tapissantes. N.B. : Les jeunes feuilles et les fleurs peuvent être consommées en salade. Les feuilles plus âgées sont plutôt consommées cuites.

10 Cruciata laevipes, (Galium cruciata), Gaillet croisette, Rubiacée.
Forme d’importantes colonies qui dégagent une odeur de miel au printemps.
Caractéristiques : Jessica Joachim + L. Francini

11 Geranium robertianum, Géranium Herbe à Robert, Géraniacée.
Francini + Sauvages du poitou : Il n’est pas une de ses parties qui n’ait été utilisée par l’homme.
Parfois surnommée Fourchette du diable, à cause des longues pointes qui terminent ses duo de fruits.

Géranium pourpre à gauche, Herbe à Robert à droite: une histoire de taille et d’étamines!

12 Ajuga chamaepytis, Bugle Petit Pin, Lamiacée d’origine et de répartition plutôt méditerranéenne.
Egalement appelée Ive ou d’Ivette, ce qui la rend connue des cruciverbistes. Possède des feuilles visqueuses, pubescentes et profondément divisées en trois à cinq segments sentant bon le pin. Ses tiges sont couchées, rameuses et velues. Petites fleurs jaune vif maculées à la base de taches rougeâtres.

13 : Noccaea montana, (Thlaspi montanum), Tabouret des montagnes, Brassicaceae.
Feuilles : entières. Les basilaires en rosette, longuement pétiolées, obovales, les caulinaires oblongues à oreillettes obtuses. TIge dressée 10 à 20 cm.
Inflorescence : fleurs (à 4 pétales blancs) en grappe s’allongeant en cours de floraison.
Fruit : silicules ovales échancrées en cuiller à long manche s’écartant de la tige.
Plusieurs pieds sont issus d’une même racine qui forme des rejets rampants.

14 et 15 : Fumaria officinalis, Fumeterre officinale, Fumariacée (avec coeur de Marie et Corydalis solida)
 Papavéracée selon la classification phylogénétique APG III (2009), la seule Papaveraceae à ne pas présenter de latex à la cassure. Fumeterres voisines et photo de la feuille par LUPA.
N.B. : A observer à la loupe : F. officinalis a des sépales beaucoup moins larges que la corolle contrairement à F. densiflora (dont le fruit est creusé de 2 petites fossettes au sommet).
Pour aller plus loin : Fumeterre officinale de Wirtgen par Tela botanica.

16 Medicago arabica, luzerne d’Arabie ou luzerne tachetée, Fabacée. Caractéristiques par Jessica.
Chaque feuille est constituée de trois folioles souvent marquées en leur centre d’une tache brunâtre.
Fleurs jaunes groupées par 2 à 5. Ses gousses sont épineuses et spiralées. Voir L. Francini.
N.B. : Comme toutes les légumineuses, ses racines abritent des bactéries dans des nodosités, ces dernières captent l’azote atmosphérique
Medicago arabica est donc utilisée comme engrais vert, mais aussi comme fourrage.
Voir l’article sur les fleurs irrégulières de Sauvages du Poitou.

17 Ophrys araneola, déjà décrite dans les observations passées.
Photo d’accroche = Fleur du bas de l’inflorescence ou fleur d’avril = délavée (par les U.V. ?

18 Orchis mascula, Orchis mâle, Orchidacée.
Après avoir vu le Rappel des carcatéristiques par Jessica,
Testez-vous sur l’anatomie d’une fleur d’Orchis mascula :

19 et 20 Potentilla sterilis, Potentille stérile, Rosacée.
Vue le 16 mars dernier : Prospection sur la teppe et le bois de Fée.
Rappel des caractéristiques par Jessica.

21 : Glechoma hederacea, gléchome lierre terrestre, Lamiaceae.
N.B. : la plante évoque le lierre par ses tiges rampantes carrées et poilues qui peuvent parcourir de grandes distances et fait d’elle un couvre-sol, rustique et aromatique.
Feuilles réniformes à la base, cordiformes et longuement pétiolées plus haut.  
Ses racines, également rampantes, lui assurent une colonisation efficace. L. francini : Fleurs de couleur lavande teintées de pourpre, très élégantes avec leur gorge poilue et leurs 4 étamines.
La lèvre inférieure de la corolle sert de piste d’atterissage pour les pollinisateurs guidés par des taches pourpres sur fond clair les menant au nectar. Rappel des caractéristiques par Jessica.
Une idée prise sur Sauvages du Poitou : Chips du shérif au Lierre terrestre:  récolter les plus grosses feuilles, couvrir chaque feuille de quelques gouttes d’huile d’olive et d’une pincée de sel, passer quelques minutes au four, à chaleur douce, jusqu’à ce que les feuilles durcissent… Laisser refroidir et croquer!
Voir aussi notre recette : Moelleux au chocolat et au lierre terrestre.

Pour continuer dans le domaine cullinaire, cette semaine, c’est parti pour les boutons floraux d’ail des ours ! Chacun ses coins … Précautions d’usage
A mettre en macération dans du vinaigre (de cornichons, aromatisé à l’échalotte, ….) et à consommer comme pickels.
Début de la recette : Dans une casserole, mettre à bouillir le vinaigre, le sucre et l’eau, puis ajouter les aromates, les épices, cuire 1 minute. Bonne récolte !

Pour poursuivre dans le domaine cullinaire l’herbe aux femmes battues ouTamier commun, Dioscorea communis se ceuille au printemps : ses jeunes pousses sont consommées, cuites à l’eau, 
A voir : fleursauvageyonne. + notesdeterrain + L. Francini. Attention : DANGER. LIEN.

Pour en terminer tout en restant dans le domaine cullinaire, bientôt, bientôt à ramasser :
Loncomelos pyrenaicus (ex Ornithogalum pyrenaicumOrnithogale des Pyrénées) Asparagaceae (ex Liliaceae). Voir sauvages du Poitou.

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.