Observations 2018
Observations 2018.

Observations 2018.

  1. Le papillon de la Pyrale du buis :
Imago de la Pyrale du buis. Pierre-Yves RABA. Solutré.

Introduit accidentellement en Europe dans les années 2000 via des végétaux importés d’Asie, la Pyrale du buis est rapidement devenue envahissante. Ce papillon nocturne est attiré par la lumière, ce qui nous permet de le piéger en mettant une cuvette remplie d’eau savonneuse sous une lumière extérieure la nuit.

2) La chenile de la pyrale du buis :

Chenille de la Pyrale du buis afamées, s’attaquant à l’écorce.

Date : 4 mai 2018.
Lieu : Adret de Solutré.
Auteur : Pierre-Yves.
Nom : Chenille de la pyrale du buis.
Commentaire : Sa chenille ne semblait consommer que des feuilles de buis, et l’invasion de l’espèce a provoqué de lourds dégâts dans les populations locales de buis, ornementales comme sauvages. Des prédateurs s’y sont attaqués : des insectes ( surtout hyménoptères), l’avifaune n’est pas en reste : corvidés, mésanges, moineaux, même les poules. Les chenilles ne sont pas urticantes. Photo : on voit qu’affamées, elles se sont tournées vers l’écorce du buis. Si la défoliation n’est pas toujours mortelle, ce type d’attaque est assurément léthale pour le pied de buis.

3) Le papillon Aurore :

Anthocharis cardamines femelle. Photo Pierre-Yves RABA.

Nom : Anthocharis cardamines (sur Cardamine flexuosa).
Date : 4 mai 2018.
Lieu : Adret de Solutré.
Auteur : Pierre-Yves.
Commentaire : Ce piéridé présente un dimorphisme sexuel très marqué. C’est l’un des papillons les plus caractéristiques du printemps. Le mâle se distingue facilement de la femelle en raison des tâches oranges visibles quand les ailes sont ouvertes. Les plantes hôtes de la chenille ne sont pas que des brassicacées (crucifères) comme des Cardamines. Les adultes sont visibles de mars à juillet. ETYMOLOGIE : Anthocharis = qui a la grâce des fleurs et cardamines = de la cardamine. Le nom anglais de ce papillon est « orange tip » c’est à dire « extrémités orangées ».

4) La chenille du cul-brun.

Nid de chenilles du cul-brun.

Date : 4 mai 2018.
Lieu : Adret de Solutré.
Auteur texte et photo : Pierre-Yves RABA.
Nom : Chenille d’Euproctis chrysorrhoea, le cul brun.
Commentaire : Les œufs nombreux, protégés par des poils abdominaux urticants du papillon femelle, sont pondus en août sur les rameaux des plantes nourricières tres variées : AubépinePrunelierPrunierÉglantierSaules, etc…
L’éclosion a lieu environ trois semaines plus tard. La vie des chenilles s’étend jusqu’en mai ; les jeunes chenilles hibernent par colonies nombreuses dans des nids de soie, qui les protègent des intempéries. Au printemps, elles recommencent à s’alimenter.

Cul brun adulte. Photo wikipédia.

Voir insectes.net

5) Papillon citron :

Papillon Citron mâle.

Date : 4 mai 2018.
Lieu : Adret de Solutré.
Auteur photo et texte : Pierre-Yves.
Nom : Gonepteryx rhamni, le Citron.
Commentaire : La chenille du papillon se nourrit de Rhamnus et de Frangula. Lorsqu’il est dérangé ou capturé le papillon citron tombe dans un état catatonique de mort apparente. C’est l’un des premiers à voler à la fin de l’hiver. Lorsqu’il se pose sur une fleur, le papillon citron a toujours les ailes fermées, ce qui lui permet de se confondre avec la végétation, car ses ailes sont en forme de feuille. sécrète un « antigel » contenant alcool, albumine et sels minéraux qui lui permet de résister à l’hiver sous forme adulte. En hiver, on voit parfois des citrons givrés.

6) Papillon du Grand Sphinx de la vigne :

Papillon du Grand Sphinx de la vigne, Photo Pierre-Yves RABA.

Date : 22 juin 2018.
Lieu : Dans mon jardin sur mes lavandes à Solutré.
Auteur : Pierre-Yves.
Nom : Grand Sphinx de la vigne. Grand pourceau.

Commentaire : La chenille se nourrit d’épilobes, de gaillets, de la vigne, …Les jeunes chenilles sont vertes avant de brunir. Leurs deux premiers segments abdominaux sont ornés d’ocelles blancs et noirs ressemblant au signe du Yin et Yang. L’avant du corps ressemble à un groin de suidé.  Les chenilles apparaissent de juin à septembre. En cas de dérangement, elles rentrent leur tête dans le thorax et gonflent leurs premiers segments abdominaux mettant en relief leurs grands ocelles. son nom : Deilephila elpenor.
Elpenor était un compagnon d’Ulysse, qui s’est vu transformé en porc par Circé !
N.B. : Ne pas le confondre avec Deilephila porcellus, le « Petit sphinx de la vigne« , ou « Petit pourceau » …

Auteur : André LEQUET.
Nom : Grand sphinx de la vigne, Deilephila elpenor.
Commentaire : Sa parure rose est or n’est pas pour le laisser inaperçu. L’adulte a ainsi bien du mal à se « fondre dans le décor », et plus encore dans la verdure, mais quand l’épilobe (sa plante d’élection) rougeoie, il est difficile de trouver plus belle harmonie, et plus parfaite homochromie. Voir : les pages entomologiques d’ andré lequet : http://www.insectes-net.fr

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.