Actualités
Quizzzz semaine 9, 2024

Quizzzz semaine 9, 2024

Plantes rencontrées sur la Roche de Solutré. A vous de les reconnaître. Réponses en dessous :

1 : Ma famille contient 300 genres et plus de 8.000 espèces, aussi bien des herbes que des arbres et même des plantes succulentes semblables aux cactus. En France continentale nous n’avons que deux genres, mercurialis et euphorbia. Ce dernier genre est  très riche en espèces.
Le caractère commun de mon genre est la présence d’un liquide blanc latex dans les tiges et troncs.
Mes feuilles sont opposées décussées, c’est-à-dire disposées par paires en croix, à l’horizontale.
Ma fleur appelée cyathe est complexe et variable, elle attire les fourmis par mon nectar.
Mes fruits en capsules qui suivent la floraison ressemblent à des grosses câpres, je suis …
Euphorbia lathyris, L’épurge, ou Euphorbe des jardins.

2 : Je suis une graminée très courante dans le département. Je colonise les rocailles et pelouses sèches sur sols calcaires. Je suis facilement reconnaissable à mon épi floral bleu foncé, aux reflets métalliques.
Haute de 15-50 cm, ma tige glabre est grêle, dressée, presque nue et sans noeuds.
Je forme une souche épaisse rampante-gazonnante.  Photo1. Photos 2. Je suis …
Sesleria caerulea, la Seslerie bleue ou Seslerie blanchâtre.

3 : Très courante dans les jardins et les champs, mes feuilles sont dentées et velues, disposées en opposition sur une tige rampante. Chaque fleur est montée sur un long pédicelle dépassant nettement la feuille, le pétale inférieur est plus petit. Mes fleurs sont disposées tout le long de ma tige rouge et velue.
Je suis la Véronnique de Perse, Veronica persica. Photo 1.
V. polita lui ressemble, mais ses feuilles sont luisantes et son pédoncule floral se tord à la fructification :

Véronica polita feuilles et fruit Wiki Stefan.lefnaer.

4 : Mon feuillage persistant, d’un vert +ou – foncé, malodorant lorsqu’il est froissé (d’où mon nom d’espèce), fonce en hiver. Mes fleurs vertes (2 à 2,5 cm de diamètre) sont en clochettes penchées (protection contre les intempéries) et ont souvent une marque rouge sur leur bord.
Je suis Helleborus foetidus, l’Hellébore fétide. Pour aller plus loin…
N.B. : Helleborus vient du grec helein, «faire périr» et bora, «pâture» ou «nourriture»…

5 : J’affectionne les prairies rocailleuses sur le sol calcaire des pentes de la roche de Solutré. Ma tige, qui s’allonge considérablement à la fructification, est droite et porte de nombreuses petites feuilles.
Mes feuilles sont souples, généralement luisantes, non mucronées à l’apex, au contraire de ma cousine Globularia vulgaris dont les feuilles sont rigides au toucher et à apex mucroné ou tridenté.
Je suis Globularia bisnagarica; mais on nous apelle toutes 2 des Globulaires communes.

6 : Je suis minuscule et mes 4 pétales sont si profondément échancrés qu’ils semblent être 8 :

INPN

Mes feuilles, plus ou moins velues, forment une rosette à la base d’un groupe de pédoncules fins et ramifiés. Extrèmement polymorphe, je suis de plus capable d’autofécondation.
Je suis Draba verna, la drave printanière.
Pour aller plus loin: identification assistée par ordinateur et Tela-botanica.

7 : Mes nombreuses fleurs sont rassemblées en un long épi cylindrique. Elles sont vert pâle tachées de pourpre. Mes tépales forment un casque, le labelle est trilobé avec tout particulièrement un lobe médian rubané très long et torsadé. Je suis une orchidée inconfondable : Himantoglossum hircinum, l’Orchis bouc

8 : Je suis Verbascum Thapsus. SFO Section nord et Jessica Joachim.
Mes feuilles sont différentes de Verbascum densiflorum, la Molène à fleurs denses, la Molène faux Bouillon-blanc, la Molène faux-bouillon-blanc (Photos Christian POURRE)
Nous avions également rencontré :
Verbascum blattaria – Herbe aux mites ou Molène blattaire
Verbascum densiflorum (=Verbascum thapsiforme) – Molène faux Bouillon-blanc.
Verbascum lychnitis L. – Molène lychnite (au sommet de la roche de Solutré).
Verbascum nigrum L. – Molène noire (espèce vivace).

9 : Espèce bisannuelletige plus robuste, plus hispide inférieurement, avec une teinte générale violacée ; feuilles plus fermes, étalées, non déviées obliquement, ordinairement indivises ou seulement sinuées, rarement roncinées, à nervure dorsale aiguillonnée ; akènes noirs, à bords épaissis, lisses ou parfois hispidules au sommet, un peu plus largement obovales. Lactuca virosa.
Ressembble à Lactuca scariola. N.B. : elles s’hybrident entre elles… On a une chance sur deux de se tromper en les identifiant, et donc une chance sur deux d’avoir raison! Les plus exigeants examineront les akènes mûrs à l’aide d’une loupe: ceux-ci sont sombres et possèdent une marge saillante chez L.virosa, alors qu’ils sont gris-bruns, ciliés sur le dessus et dépourvus de marge chez L.serriola.

10 : Draba verna (déjà vue)

11 : Ces fougères sont :
A droite : Asplenium ceterach (= Ceterach officinarum) – Cétérach officinal.
A gauche : Asplenium trichomanes – Capillaire des murailles
Le nom « capillaire » vient du rachis de ses frondes, ressemblant à un fin cheveu brun rougeâtre et luisant.

Fronde d’Asplenium trichomanes par naturescene montrant les sores en grain de riz.

Observez que la feuille composée pennée (appelée fronde) a des folioles disposées par paires de chaque côté du rachis, rarement l’une en face de l’autre, disymétriques, finement crénelées-dentées, tronquées et un peu en coin à la base. Dans ce genre, nous connaissons :
Asplenium adulterinum Milde
Asplenium onopteris – Doradille méditerranéenne -Asplénium des ânes (Vue à Roche noire)
Asplenium ruta-muraria – Rue des murailles
Asplenium scolopendrium (= Phyllitis scolopendrium) – Scolopendre
Asplenium septentrionale (L.) Hoffmann – Doradille du nord (sur silice)

12 : Je dégage parfois une odeur légèrement poivrée si vous froissez ma robe entre vos doigts.
Mes feuilles apicales sont souvent violacées. Sauvages du Poitou.

13 : Potentilla verna=Potentilla neumanniana. Floraison printanière, je me plaît dans les pelouses sèches et sur les talus ensoleillés, surtout calcaires. Mes feuilles inférieures sont digitées, à 5-7 folioles obovales, velues, dentées dans le haut, à dent terminale plus petite. Flore Alpes. et L. Francini.
Ma cousine Potentilla reptans fleurit du mois de juin à août. Images 1. Images 2.

14 : A la fin de l’été, je suis haute de 30 à 100 cm. Ma tige est dressée, robuste et striée.
Mes feuilles sont raides, divisées en lobes dentés, en losange élargi vers la base et glauques en dessous. Mes ombelles sont faites de fleurs blanches. Mes fruits sont un peu aplatis, elliptiques, sillonnés.
Je suis Peucedanum cervaria ou Cervaria rivini.

15 : Je me barde d’une multitude d’épines, qui me protègent efficacement des herbivores. Sur sol calcaire.
Je suis Carduus nutans, le chardon penché.

16 : Je suis un arbuste épinneux drageonnant réputé pour former des haies infranchissables pour le  bétail, mes fleurs blanches apparaissent avant mes feuilles. Mes prunelles sont comestibles après les premières gelées. La piqure de mes épines peut être douloureuse et occasionner des infections chez l’homme ou chez le bétail : elle se casse facilement et des fragments peuvent alors rester sous la peau, aggravant le risque d’infection. Je suis un excellent site d’accueil pour de nombreux lépidoptères.
Je suis Prunus spinosa, le Prunelier ou Prunellier.

17 Idem que la 5. Je suis Globularia bisnagarica.

18 : Idem que la 2. Je suis Sesleria caerulea, la Seslerie bleue ou Seslerie blanchâtre.

19 : Mon nom de genre signifie « alouette huppée ». Cela est dû à la morphologie de mes fleurs, formant des éperons et ressemblant à l’aigrette des alouettes. Mon nom d’espèce se réfère à la forme du bulbe qui forme un tout, il n’y a pas d’espace entre mes différentes couches. J’ai été photographiée dans un milieu ombragé, avec une humidité atmosphérique importante, entourée de mousses. Autres espèces.
Je suis la Corydale à bulbe plein (Corydalis solida). Photos Christian POURRE.

——————————————————-FIN—————————————————-


Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.