Actualités
Observations « végétales » à la lande des oignons de BOZ. Le 30 avril 23.

Observations « végétales » à la lande des oignons de BOZ. Le 30 avril 23.

N.B. : La photo d’entête représente une des mares de la lande dans laquelle nous avons observé une brassicacée particulière …

Mais tout d’abord :

1- Polygonatum multiflorum, Seau de Salomon multiflore, Asparagaceae. Il est plus rare que le Sceau de Salomon odorant. Il en diffère principalement par ses fleurs plus petites, plus allongées, mais surtout groupées par 2 à 6. Sa tige est cylindrique, non anguleuse. C’est également une plante plus robuste et plus dressée, elle se rencontre dans les bois mésophiles (ni trop chauds, ni trop humides).
Comparaison par Florealpes.
2- Calluna vulgaris, la Calune, Ericacée est un sous-arbrisseau vivace de 20 à 50 cm de hauteur. Le nom « Calluna » venu du grec ancien signifie « nettoyer, balayer », allusion à leurs tiges ligneuses dures et solides autrefois utilisées pour fabriquer des balais. Elle est la plante hôte de plusieurs espèces animales.
3-Muscari comosum (L.) Mill., ou Leopoldia comosa, Musacri à toupet, Liliacée / Hyacinthacée.
Son bulbe est comestible. C’est d’ailleurs un met réputé dans le sud de l’Italie où on peut même l’acheter en bocaux dans les supermarchés.

Aegopodium podagraria, l’égopode podagraire, ou herbe aux goutteux, ou encore Pied-de-chèvre Apiacée, et Reynoutria japonica ou Fallopia japonica, Renouée du Japon, Polygonacée, la terreur !

Du grec aïx, aïgos, « chèvre », et podion « pied », allusion aux folioles latérales habituellement divisées en deux comme les sabots d’une chèvre. L’épithète podagraria fait référence à la « podagre », la goutte. En effet, diurétique, elle permettrait de lutter contre une accumulation d’acide urique.
Peut être consommée crue, en salade (jeunes pousses) ; ou cuite, comme les épinards.
N.B. : Attention au toucher : l’Égopode produit des substances photosensibilisantes ! (sous-bois frais).

Reynoutria japonica : vivace, avec des rhizomes démesurés capables de s’enfoncer à 2m de profondeur et de s’étendre jusqu’à 7m autour d’un seul pied. Ses racines libèrent une toxine dans le sol, pénalisant toute vie végétale alentour. Si l’on tente de s’en débarrasser, il faut savoir que le moindre centimètre de rhizome oublié en terre donnera naissance à un nouveau plant capable de produire une biomasse importante en un temps record. Les grandes renouées sont d’excellentes comestibles.

Fallopia_japonica par Wikipédia : jeunes pousses, tiges agées et rameau non fleuri
Fallopia_japonica par P. Goujon (rameau fleuri) et Wikimédia (fruits)

Prunus padus, Cerisier ou Merisier à grappes, Rosacée :

Roripa amphibia (var. natans Kotov?), le Cresson amphibie. Voir la photo d’accroche : cette plante envahissait la quasi-totalité de la mare ! Grand cresson à fleurs jaunes des zones vaseuses, à tiges rampantes à la base, à feuilles entières et dentées irrégulièrement (photos).
Tige atteignant 2 m, robuste, creuse, couchée-radicante à la base, sinueuse puis dressée.
Souche stolonifère. Observez les racines issues des tiges immergées (3e photo) :


Salix caprea, « saule des chèvres », car historiquement largement utilisée comme fourrage pour les chèvres. Salicacée arbustive dioïque (soit mâle, soit femelle) avec des rejets autour du tronc.

Ses feuilles sont caractéristiques : plus larges (3 à 6 cm) que chez les autres saules. Elles ont un limbe ovale de 4 à 10 cm de long, peu cotonneux, pointu à son extrémité (apex obtus et courbé). Leur marge est ondulée et crénelée, parfois dentée. Leur face supérieure vert-foncé à vert-grisâtre a un aspect gaufré. Leur face inférieure a un duvet de poils qui la rend glauque et veloutée, les nervures y sont saillantes. 

Ornithogalum umbellatum, Ornithogale en ombelle, ou dame-d’onze-heures, en référence à ses fleurs qui s’ouvrent en étoile au soleil et se ferment le soir. Liliacée / Asparagacée.

Nom dérivé de ornithos gala « lait d’oiseau », référence à la disposition des pétales blancs qui évoquent les plumes d’oiseaux chez ce genre.

Silene doïca, Compagnon rouge, Caryophyllacée. Cette plante est-elle mâle ou femelle ?

Symphytum officinale, Consoude officinale, Boraginacée.


Et pour terminer 2 carex …

Carex pilulifera, Laîche à pillules, Cypéracée.

Carex vesicaria, Laîche vésiculeuse, Laîche à utricules renflés, Cypéracée.

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.