Actualités
Observations « animales » à la lande des oignons de BOZ. Le 30 avril 23.

Observations « animales » à la lande des oignons de BOZ. Le 30 avril 23.

Nous avons observé dans l’ordre :

-A peine arrivés, 2 pyrochres écarlates ou cardinals (Pyrochroa coccinea).
Leur couleur rouge vif alerte les éventuels prédateurs de leur toxicité. (couleurs aposématiques).
Sur la photo de droite, un mâle, plus petit et aux antennes pectinées (en forme de peigne). Les mâles s’en servent pour détecter les faibles quantités de phéromone sexuelle libérées dans l’air par les femelles.
Sur la photo de gauche, une femelle au dessus d’un oeuf !

Pyrochroa coccinea femelle et mâle.

La nature offre toujours des « moments de grâce » à ceux qui veulent bien passer du temps à les observer…
Malheureusement, la femelle pond dans l’écorce des arbres, ce n’était donc pas le sien… Le stade larvaire dure 2 ans. Les larves sont carnivores contrairement aux adultes qui se nourrissent de pollen et de nectar.
Plus tard, un mâle est venu se poser sur mon pull…

Pyrochroa coccinea mâle.

-Une mouche qui semblait en catalepsie, rapellant celle vue avec Claudette le 25 mars aux Prairies inondables de Saône au nord de Pont de Vaux vers la Nove et les Prés nus.

Mouche « figée » …

N.B. : On observe particulièrement bien les orifices respiratoires, points noirs sur son abdomen.

-Un trichoptère, aussi appelé phryganes ou porte-bois.
La plupart des larves de trichoptères sont aquatiques et se construisent une maison appelée fourreau à partir de débris végétaux ou de grains de sables et graviers présents dans leur ruisseau. Contrairement aux autres espèces de son ordre, celui-ci était manifestement terrestre avec un fourreau fait de débris végétaux.

-Un petit insecte indéterminé se cachant au dessous d’une feuille …

Insecte sp.

-Un mille-pattes (non déterminé) en plein festin dans un chaton de saule :



-Une femelle Aurore. Cette photo nous permet de compléter l’observation faite avec Claudette le 25 mars aux Prairies inondables de Saône où nous avions pu photographier un mâle sur une cardamine des prés.

Anthocaris cardamines (Aurore) femelle sur Cardamine.

Les photos ne sont pas aussi belles, mais cette aurore ne tenait pas en place et passait de fleur en fleur …
C’est l’un des premiers papillons que l’on voit au  printemps. Les mâles apparaissent en premier. Les femelles suivent 10 ou quinze jours après. En attendant leur arrivée, les mâles prennent des forces…
Souvent installées dans les hautes herbes, les chrysalides sont régulièrement détruites par les fauchages de fin d’automne, ce qui réduit considérablement les populations présentes en Mars. 
Les papillons qui apparaissent au début du printemps sont ceux qui ont passé l’hiver à l’état de chrysalides . Les autres, sont le fruit de l’accouplement du printemps.
L’aurore doit son nom aux deux soleils orange qui semblent se lever sur ses ailes.
« Anthos » veut dire fleur et du mot « Kharis » qui signifie Grâce . Les deux mots associés disent que Boisduval (inventeur du nom de genre « Antocharis ») a été sensible à la beauté « florale » de ce papillon.
L’épithète « cardamines » évoque simplement la plante hôte principale de l’aurore qui est la cardamine des prés.

Pour en savoir plus …

-Phalène ou Acidalie des pâturages : Elle est liée au substrat calcaire et fréquente les sous-bois frais, les prés humides, les bords de cours d’eau, les fossés où poussent les Carex. Un géomètre peu fréquent, mais bien répandu. La chenille, polyphage, se nourrit sur Primula eliator, Leontodon, Lamium, Viola canina, Valeriana officinalis, Filipendula…

Scopula immutata

– Scirphe ceinturé (Episyrphus balteatus). Ce syrphe, dont les larves aphidiphages se développent aux dépens des pucerons, est utilisé comme agent de lutte biologique. Il est commercialisé dans la région OEPP depuis 1995 pour lutter contre les pucerons tant en culture sous serre qu’en plein champ.
N.B. : Les adultes se nourrissent de pollen, de nectar et de miellat. 

Un scyrphe :

Syrphe ceinturé

Spécialistes du vol stationnaire, les syrphes sont aussi des champions dans la ressemblance avec les hyménoptères ce qui doit dissuader bon nombre de prédateurs. Ce sont pourtant des mouches bien inoffensives. Le syrphe à ceinture est l’un des plus répandus.

N.B. : L’Association des Amis de la Réserve de Remoray ( https://www.maisondelareserve.fr/association ), porte un projet de liste rouge à l’échelle de la Région Bourgogne-Franche-Comté sur les Syrphes et en lien avec des bénévoles de la SHNA qui relèvent les pièges et réalisent des prospections.
Ils ont choisi quelques emplacements « méconnus » pour ce groupe dans la région (notamment côté Bourgogne où le déficit est important) pour améliorer la connaissance dans le cadre du programme « Pollinisateurs » de la Région BFC .
Une des actions de recensement des syrphes est organisée en ce meoment au sommet de Solutré. 

Et pour terminer, un nid fait de terre et de sable entre 2 scipes aigus :

Comme on peut le voir, notre curiosité nous a poussé à l’ouvrir pour en observer l’intérieur.
Nous avons trouvé des oeufs, mais à qui appartiennet-ils?

Prochainement, les observations végétales de ces 2 dernières sorties …

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.