Actualités
Sortie Blany – Laizé, le 5 avril 2023.

Sortie Blany – Laizé, le 5 avril 2023.

Sur une proposition de Claudette. Compte rendu de Claudette. Photos de Pierre-Yves.

Étaient présents lors de cette sortie par une après-midi radieuse :

Chrystèle, Jacqueline, Jean-Claude, Marie et Gérard, Marie-Claire et Roland, Michelle, une nouvelle adhérente que nous accueillons avec plaisir ainsi que Pierre-Yves et Claudette.

Plantes vues sur le talus sec et chaud en début de balade :

3 Lamiacées :

Lamium maculatum – le Lamier tacheté,
Lamium pupureum – le Lamier pourpre,
Glechoma hederacea – le Lierre terrestre.

Ranunculus bulbosus – Ranunculacée – la Renoncule bulbeuse.

Crepis sancta- Asteracée – le Crépide de Nîmes.
N.B. : Vu à la Sortie à Levigny 1er avril 2023.

Carex halleriana – Cypéracée – la Laîche de Haller.

Taraxacum section Ruderalia ( section est le sous-groupe de ce genre très vaste difficile à identifier) notre pissenlit.

Primula veris – Primulacée – le coucou.

Stellaria holostea – Caryophyllacée – la Stellaire holostée.

Ficaria verna – Ranunculacée – la Ficaire fausse-renoncule.

Sanguisorba minor – Rosacée – la petite pimprenelle. (Voir recette de la courge farcie à la pimprenelle).

Potentilla verna – Rosacée – la Potentille printanière.

4 Rubiacées :

Gallium mollugo – le caille-lait blanc ou Gaillet mou,
Gallium aparine – le Gaillet gratteron,
Rubia peregrina – la Garance voyageuse,
Cruciata laevipes – le Gaillet croisette :

Cruciata laevipes, ex Gallium cruciata.


Helleborus foetidus- Ranunculacée – l’Hellébore fétide.

Vicia sepium – Fabacée – la Vesce des haies.
N.B. 1 : La particularité de la plupart des fabacées (ex légumineuses : luzernes, pois, trèfles, vesces et gesses, etc.) est de pouvoir fixer l’azote atmosphérique. L’azote est un élément indispensable à la vie, indispensable à la fabrication des acides aminés et donc des protéines. Elles fixent l’azote à l’aide de bactéries symbiotiques du genre Rhizobium, hébergées dans leurs nodosités racinaires.

N.B. 2 : Différences Vesces / Gesses : il existe une vingtaine d’espèces de vesces (genre Vicia) et autant de gesses (genre Lathyrus). Chez les vesces, au contraire des gesses :
–  les folioles sont petites et nombreuses – 3 à 12 paires.

– les nervures secondaires sont absentes ou tout le long de la nervure principale et non en éventail.
– la tige n’est pas ailée au contraire de la quasi-totalité des gesses.
– le tube des étamines est tronqué obliquement au lieu de coupé à angle droit.

Les gesses peuvent avoir de grands stipules en forme de hallebarde.

Muscari neglectum- Asparagacée – le Muscari commun.

Euphorbia amygdaloides- Euphorbiacée – l’Euphorbe des bois. Dans des endroits plus ombragés.

Fragaria viridis – Rosacée – le Fraisier vert ou Fraisier des collines, dont le dessous des feuilles est très velu et soyeux :


Dessous de foliole soyeuse-argentée de Fragaria viridis.

Dianthus carthusianorum – Caryophyllacée – l’Oeillet des Chartreux.

Veronica persica – Plantaginacée – la Véronique de Perse.

3 brassicacées :
Capsella bursa-pastoris, la Capselle bourse-à-pasteur.
Cardamine hirsuta, la Cardamine hirsute ou hérissée, en début de floraison.
Cardamine flexuosa, la Cardamine flexueuse, non fleurie, reconnue à sa tige flexueuse.

Des arbustes :

Lonicera xylosteum – Caprifoliacée – le Camerisier.

Ligustrum vulgare – Oleacée – le Troène commun.

Crataegus monogyna – Rosacée – l’Aubépine à un style.

Autour du lavoir, le long du ruisseau et sur le coteau froid :

Heracleum sphondylium – Apiacée – la grande Berce.

Arum maculatum – Aracée – l’Arum maculé ou le gouet tacheté :

Veronica beccabunga – Plantaginacée – Véronique des ruisseaux, cresson de cheval.

Mentha aquatica probable ( non fleurie) – Lamiacée – la Menthe aquatique.

Isopyrum  thalictroides – Ranunculacée – l’Isopyre faux-pigamon , une plante assez rare qui fleurit en avril-mai, non protégée en Bourgogne, dont l’aire de répartition est celle des massifs humides : Pyrénées, Massif central, NO des Alpes. Elle est dispersée en plaine dans une bande entre Jura, Garonne et Bretagne. Elle se plaît dans les forêts alluviales et riveraines. C’est une plante toxique que l’on reconnaît à ses feuilles au limbe découpé à trois folioles sur un court pétiole, découpées en trois lobes arrondis (évoquant une empreinte de canard). Les 5 « pétales » blancs sont en fait des pétales sépaloïdes et les vrais pétales sont très discrets (1 à 2 mm) en cornet autour des étamines. Photo Marie en Roland :

Détail de la fleur avec 2 ovaires fécondés.


Allium ursinum- Amaryllidacée – l’Ail des ours au stade des boutons floraux :

Primula elatior- Primulacée – la Primevère élevée, photo Jacqueline :


Nous l’avons comparée avec Primula veris :


La primevère printanière est jaune citron et ses pétales sont tachés d’orange au centre.

Au début du chemin menant au ruisseau, nous avons observé à la loupe la ligule, la feuille et la tige d’une graminée, probablement un brome. Photo Aquaportail.

Ligule d’une gaine foliaire de poacée par Aquaportail.

La ligule foliaire est une petite languette membraneuse insérée sur la feuille des Poacées et de certaines Cypéracées et juncacées. Photo de la ligule d’un Brome.

Dans les prairies environnantes :

Cardamine pratensis – Brassicacée – la Cardamine des prés.

Ajuga reptans – Lamiacée – le Bugle rampant.

Dans le ruisseau, à nouveau :

Mentha aquatica – Lamiacée – Menthe aquatique.

Nasturnium officinale – Brassicacée – le Cresson de fontaine qui forme une touffe importante dans le ruisseau.

Iris pseudoacorus- Iridacée – l’Iris jaune, très fréquent dans ces milieux aquatiques et dont la fleur aurait été le modèle de la fleur de lys symbole de la royauté. Formant une sorte de barrage dans le ruisseau.

Valerianella locusta – Caprifoliacée – la Mâche ou doucette, en fleur.

Nous partons ensuite sur un second site le long de la Mouge, à partir du Moulin du bois où nous aurons la chance d’observer de nombreux exemplaires de :

Anemone ranunculoides – Ranunculacée – l’Anémone fausse renoncule à fleur jaune, plante devenue très rare, disparue semble-t-il des départements voisins de la Loire et du Rhône :

Anemone ranunculoides par Claudette.

Nous verrons aussi dans la forêt :

2 Oxythyrea funesta, la Cétoine grise vue par Marie-Claire et Roland


-plusieurs Cardamine pratensis fasciées, la fasciation étant la conséquence d’une modification génétique induite par des agressions (virale, attaque par des insectes…).


N.B. 1 : Michèle avait observé une fasciation le 23 juin 2019 sur Cichorium intybus, la Chicorée sauvage.
N.B. 2 : Une fasciation et une cristation on été reportées sur le site des fleurs sauvages de l’Yonne.

-Convallaria majalis- Asparagacée – le Muguet, qui n’est pas encore fleuri.

-Aquilegia vulgaris – Ranunculacée – l’Ancolie.
Elle aussi en feuilles (ressemblant à celles de l’Isopyre, mais bien plus grandes).

-Polygonatum multiflorum – Asparagacée – le Sceau de Salomon multiflore, en tout début de floraison.
N.B. : Ce sceau de Salomon est plus rare que le Sceau de Salomon odorant. Il en diffère principalement par ses fleurs plus petites, plus allongées, mais surtout groupées par 2 à 6. Sa tige est cylindrique, non anguleuse. C’est également une plante plus robuste et plus dressée, elle se rencontre dans les bois mésophiles (ni trop chauds, ni trop humides). Comparaison.


-Veronica hederifolia – Plantaginacée – la Véronique à feuilles de lierre, que nous avons comparée avec Veronica persica vue précédemment.

Enfin :
– des aurores mâles sur des Cardamine pratensis.
– un Tircis ( photo wikipedia) :

Mea culpa, je l’avais pris pour une mégère … lien

Par Noé de sciences-participatives-au-jardin.

Deux luzules avant de sortir du bois :

– une fougère, sans doute Polysticum setiferum, une Aspidiacée, très proche de Polysticum aculeatum mais qui s’en différencie par ses segments petiolulés.

Et pour terminer, nous avons trouvé quelques Stellaria holostea dont les étamines étaient parasitées par un champignon Microbotryum stellariae. Voir article du 16 juin 2022.


Ainsi s’est achevée cette 4ème sortie de l’année, riche en belles découvertes !





Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.