Actualités
Observations « animales » de la sortie préparatoire à Plottes 10 mai 23.

Observations « animales » de la sortie préparatoire à Plottes 10 mai 23.

Observations faites avec Claudette, classées par ordre alphabétique :

Ascalaphe soufré : Entre papillons et libellules, les ascalaphes ont des ailes triangulaires bicolores très nervurées et 2 très longues antennes épaissies à leur extrémité. La distinction entre les espèces se fait en observant les motifs des ailes. Le mâle possède, à l’extrémité de son abdomen, des cerques pour tenir la femelle lors de l’accouplement, elles constituent une « pince » bien visible.
Habitat : sites bien exposés comme les prairies sèches… N.B. : voir Sortie Roche noire 15 mars 2023.

Ascalaphe soufré. Sexe non déterminé pour ne pas le déranger (intimité oblige … )

-Accouplement de Téléphores moines. Leurs élytres sont noir brillant et couverts d’une très fine pilosité. Le pronotum est rougeâtre avec une tache noire centrale. Les antennes sont rougeâtres vers la base et noires à l’extrémité. Les fémurs présentent des zones rouges. Il fréquente les clairières, les orées forestières et les prairies fleuries. Il s’observe souvent sur les ombellifères. La larve, qui vit au sol et qui passe l’hiver, se nourrit d’escargots, de limaces et d’insectes. L’adulte se nourrit de petits insectes, notamment de chenilles. On retrouve plus de 5.000 espèces de Cantharidae dans le monde.

Espèce semblable : Le Téléphore sombre (Cantharis fusca), aussi appelé Téléphore brun, se distingue du Téléphore moine par les fémurs entièrement noirs et la tache noire du pronotum, de forme carrée, qui atteint le bord antérieur du pronotum. Espèces semblables.

Accouplement de Téléphores moines.

Charançon vert soyeux : Cette espèce est principalement associée aux arbres et aux arbustes.
Elle est parfois retrouvée en milieu agricole, mais elle ne cause jamais de dommages aux cultures.

Le charançon vert soyeux ou Polydruse vert soyeux.

Le crache sang. N.B. : voir Sortie Roche noire 15 mars 2023.
Photo : Le mâle possède de longues antennes articulées, pas la femelle, d’autre part, les tarses des mâles sont plus élargis et munis d’une « semelle adhésive » jaune-orangée pour leur permettre de s’accrocher au dos lisse de la femelle.
Rappel : Son nom Timarchia viendrait d’un terme grec évoquant les élites qui, dans l’Antiquité, se devaient d’adopter une allure à la fois flegmatique et noble.
N.B. : On compte dans le Monde une centaine d’espèces de Timarcha, mais seulement 5 en France.

Couple de Timarchia tenebricosa.

Grillon champêtre mâle :

Observez la plate-forme, juste devant l’entrée du terrier de ce mâle, là où la terre est débarrassée de tout obstacle. Lorsque la présence de la végétation environnante est plus importante, cette plate-forme se prolonge souvent par un couloir, caché entre les herbes, à droite ou à gauche. C’est sur cette plate-forme que le grillon se chauffe au soleil, chante pour attirer les femelles et s’accouple. Ces dernières creusent aussi une galerie, mais ne tardent pas à la quitter aux premières chaleurs printanières, afin d’aller à la rencontre des mâles. Pour pondre, la femelle enfonce son oviscapte dans la terre meuble et y dépose une trentaine d’œufs. Elle répète cette opération plusieurs fois. Après deux semaines, ces œufs donnent naissance à de petites nymphes d’un millimètre de long, semblables pour la couleur et la forme aux adultes, et qui restent d’abord plus ou moins en groupe, se dissimulant ici ou là dans des trous, sous les pierres ou les feuilles. L’adulte apparaît 9 à 10 mois après la naissance, après dix mues.
N.B. : Les grillons meurent tous à la fin de l’été. Pour aller plus loin.

Hibernie défeuillante :
À l’état de chenille, en cas de pullulation, ce lépidoptère peut être dévastateur : contrairement à de nombreuses espèces de papillons, il s’accommode d’une large gamme de plantes hôtes dont de nombreuses espèces cultivées. Sa voracité peut causer d’importants dégats.
N.B. : Le dimorphisme sexuel est important entre imagos car les femelles sont aptères. Sorties de leur chrysalide, elles grimpent le long des troncs où elles attendent les mâles pour se reproduire.

-Ce type de limace était en grande abondance sur les feuilles d’Orties dans la forêt de Plottes au dessus de la carrière du Mont Tabac.

Loche sp.

Imago de Mélitée du Plantain :
Elle se caractérise par la présence de points noirs dans la bande submarginale orange de l’aile postérieure et par la forme concave du bord interne des lunules noires de l’aile postérieure.
N.B. : de nombreuses sous espèces ont été décrites.

Clé d’identification des Mélitées, Damiers et Nacrés de Bourgogne-Franche-Comté.

Image explicative, empruntée aux carnets de Jessica (modifiée) :


-Chenille d’Orthosie farineuse :
N.B. : Observez les yeux.

-Piéride de la moutarde : (lien)
Identification : Petit papillon aux ailes d’un blanc poudré de gris et veinées. Le corps et les pattes blanc. Yeux gris-bleu. Observez la partie terminale des antennes.

-Pseudopanthera macularia, la panthère...
Plantes Hôtes : diverses plantes basses : Lamier tacheté (Lamium maculatum), l’épiaire droite (Stachys recta), la Bugrane épineuse (Ononis spinosa), et la Menthe sylvestre (Mentha longifolia).
N.B. : Des formes différentes peuvent être observées : celles de Normandie avec des taches importantes, celles de certaines montagnes du midi avec des taches très discrètes et un fond orangé, celles de haute altitude au fond jaune paille…

Et pour en terminer, une magnifique photo de Claudette le jour de la sortie :
-une chenille de la Livrée des arbres, Malacosoma neustria (Tête en bas). Pour en savoir plus, les Carnets de Jessica. Plantes hôtes : Nombreux feuillus et surtout le prunellier (Prunus spinosa).


Précisions sur les papillons :

Les lépidoptères (160.000 espèces décrites) ont généralement quatre ailes et le corps est couvert d’écailles. La tête a souvent de grands yeux composés et des palpes labiaux proéminents. Chez les papillons de nuit la trompe enroulée est souvent réduite voire absente et remplacée par des mandibules broyeuses. Ils ont généralement des antennes avec de nombreux segments et une pointe fine à l’extrémité ce qui les distingue des papillons dits « de jour » qui ont des antennes en massue.
Les papillons de nuit représentent environ 90% des espèces de lépidoptères connus.

En anglais, on distingue les papillons de jour (butterflies) des papillons de nuit (moths) .

A la prochaine sortie pour de nouvelles aventures !

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.