Actualités
Véroniques rencontrées au cours de nos sorties.

Véroniques rencontrées au cours de nos sorties.

Image d’accroche : Fruits de la Veronique de Perse par Sauvages du Poitou.

Les véroniques (Genre Veronica par LUPA) comptent plus de 200 espèces à travers le monde : Feuilles opposées ; fleurs à 2 étamines, corolle à tube court et 4 lobes plus ou moins étalés, lobe supérieur plus large que les autres (fusion de 2 pétales), lobe inférieur plus étroit, calice généralement à 4 sépales.
Elles sont donc reconnaissables à leurs fleurs à 4 pétales dont un est nettement plus petit que les autres.
Plantaginacées

Nous en avons rencontré 8 espèces durant nos sorties :
arvensis, beccabunga, catenata, chamaedris, hederifolia, officinalis, persica et prostrata.

Veronique n°1 : V. arvensis, Véronique des champs :

Par LUPA.

V. arvensis : feuilles sessiles, ovales, dentées, velues, opposées; petites fleurs en grappe terminale, bleues, sessiles, bractées entières, lancéolées, velues. Sauvages du Poitou. Abiris Jussieu.

Véronique n°2 : V. becabunga, Véronique des ruisseaux, Cresson de cheval :

Veronica beccabunga photos : Francini et FLSVY

V. becabunga : Jusqu’à 60 cm.Tige glabre cylindrique et rougeâtre, épaisse, charnue, rampante, à extrémités érigées. Feuilles opposées à très court pétiole, ovales à arrondies, à limbe épais et luisant, légèrement crénelé. Feuilles et tiges peuvent être utilisées crues en salade ou cuites. Elles peuvent être contaminées par la douve du foie et donc ne doivent pas être consommées crues en cas de risques (pâturages proches).

Véronique n°3 : V. catenata, Véronique en chaine :

Veronica catenata par Wikimédia
Veronica catenata par LUPA
Veronica catenata par burkeherbarium

V. catenata a des feuilles opposées, sessiles et enveloppantes, elliptiques-ovales à elliptiques-oblongues, 3 à 5 fois plus longues que larges, entières. Inflorescence de grappes peu fleuries sur de longs pédoncules apparaissant à l’aisselle des feuilles ; calice de 4 sépales larges et obtus ; corolle blanche à rose. LIEN.

Véronique n°4, V. Chamaedris, Véronique petit-chêne :

Photo 1 Nature spot et Photo 2 INPN.
Répérez la forme des feuilles à gauche et la tige rouge et poilue à droite.
Par Jessica Joachim
Port Didier Descouens V. chamaedris Wikimédia, Fleur Musée de Toulouse

V. Chamaedris : 10-30 cm. Tige ascendante, à 2 lignes de poils bien marquées. Feuilles ovales, fortement dentées, atteignant 3,5 cm de long, un peu poilues, surtout au bord, ou glabrescentes, sessiles ou subsessiles. Fleurs en grappes multiflores.
Pour aller plus loin : Francini mycologie et Orchid nord.

Véronique n°5 : V. hederifolia, Véronique à feuilles de lierre :

Veronica hederifolia par LUPA

V. hederifolia : tiges couchées plus ou moins velues, feuilles caulinaires pétiolées palmatilobées à 3-5 lobes, le terminal de taille supérieure, petites fleurs bleu pâle, axillaires, solitaires, portées par un pédoncule de 4-7 x la longueur du calice.

Véronique n°6 : V. officinalis, Véronique officinale :

Veronica officinalis par Notes de terrain.

V. officinalis : C’est elle qui aurait donné son nom au genre Veronica, en raison des vertus qu’on lui prêtait de guérir les lépreux. Forêts claires et friches ; plante velue à tiges couchées radicantes, à feuilles opposées courtement pétiolées, ovales dentées, à fleurs bleu pâle en grappes axillaires redressées. Lien. Elle possède des fleurs bleu pâle, groupées en épis denses. Sa tige velue, feuilles à bords poilus, opposées ovales, dentées dans les deux tiers supérieurs avec pétiole court.
Elle reçut le nom familier d’herbe-aux-ladres en raison de son pouvoir médicinal contre la lèpre.
En effet, c’est sur le conseil de chasseurs, que l’empereur Tibère l’utilisa pour guérir de cette maladie.

Véronique n°7 : V. persica, Véronique de Perse :

V. persica : tige velue plus ou moins couchée, feuilles ovales fortement dentées, opposées à la base puis alternes, grandes fleurs axillaires à corolle bleue portées par un pédoncule dépassant les feuilles

Comparaison hederifolia et persica par P. GOUJON :

Véronique n°8 : V. prostrata, Véronique prostrée :

Photo Pierre-Yves RABA, pelouse calcaire roche de Solutré.

V. prostrata :  Port prostré. De 10 à 20 cm de hauteur, cette jolie véronique possède une tige plutôt rampante, mais aussi souvent redressée. Ses feuilles sont opposées, lancéolées, presque toujours en cœur à la base, plus ou moins dentées, sessiles. Ses fleurs sont bleu vif à bleu plus pâle, à 4 pétales inégaux soudés à la base, par paires en grappes terminales serrées, assez longuement pédonculées.
Se rencontre dans les pelouses, les rocailles et les versants secs, sur sols pauvres ou calcaires. LIEN.

Pour aller plus loin : Notes de terrain ! et Sauvages du Poitou ….

Test de connaissances saurez-vous les reconnaitre ?

…….

Voir les réponses en dessous

N.B. : je n’aurais pas dû mettre de majuscules aux noms d’espèces !

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article. Comme d'autres, nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.