Observations de la semaine 24

Observation de Claudette :
Contrairement à Tragopogon pratensis, Tragopogon dubius a un pédoncule renflé sous le sommet et ses bractées involucrales sont plus longues que les ligules. Il préfère les situations chaudes et ensoleillées sur des substrats assez secs proches de la neutralité. Il est moins courant que Tragopogon pratensis qui préfère des substrats neutres à faiblement acides er surtout plus humides.


Par Pierre-Yves :
Les digitales pourpres (Digitalis purpurea) dressent fièrement leur hampe florale. C’est une bisannuelle qui afectionne les lisières sur terrain siliceux.
La première année elle produit une rosette dense de larges feuilles :

La deuxième année, elle érige son épi floral, il peut atteindre 2 mètres :

Digitale provient du latin digitus c’est-à-dire « doigt », et se réfère à la facilité avec laquelle on peut introduire un doigt dans la corolle de la fleur. Pour la même raison, les Anglais nomment la plante foxglove, « gant de renard » et les Allemands Fingerhut, « dé à coudre ». Wikipedia.

Amoureux de la nature et des oiseaux, Philippe Kohler vit entouré d’hirondelles, et cela ne doit rien au hasard. Pour attirer ces petits volatiles autour de lui, il fait tout pour qu’ils se sentent parfaitement bien et a même installé pas moins de 54 nids qu’il a confectionnés lui-même, à la main ! Présentation.

Auteur/autrice

  • Pierre-Yves Raba

    Passionné par la nature et ses richesses, j'aime découvrir, photographier, apprendre et partager mes connaissances. N.B. : Je suis ouvert à vos remarques pour améliorer le site, merci de les laisser sur le site. Si vous cherchez si j'ai posté des informations sur une espèce, tapez son nom dans la fenêtre RECHERCHER en bas d'un article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.